fbpx
Panier
infection_vaginale_urinaire_khamaré

Khamaré : Comment prévenir, soigner et soulager les infections vaginales et urinaires

Les racines de vétiver (khamaré ou gongoli) ont plusieurs propriétés bénéfiques pour les femmes. En effet, pour avoir une bonne hygiène intime et soulager plusieurs des troubles qui accompagnent les déséquilibres hormonaux (fréquents dans la vie d’une femme), le khamaré est une panacée aux multiples applications. Des règles douloureuses à la cicatrisation après l’accouchement, la plante intervient à plusieurs niveaux. Il est donc avisé de l’intégrer à votre routine bien-être quotidienne. 

Il est possible de trouver du gongoli sous plusieurs formes : en huile essentielle, en poudre, en savon ou simplement en tiges. Mais saviez-vous que les racines de vétiver sont également utiles pour prévenir et soigner les infections urinaires et vaginales ? Nous vous expliquons comment utiliser cette plante qui est l’alliée de toutes les femmes pour leur hygiène intime.

khamare_infections_urinaires_vaginales

Les infections urinaires et vaginales : le khamaré, une solution naturelle

Le khamaré est un antimicrobien et un antiseptique naturel. Il est donc conseillé pour traiter les infections vaginales et urinaires. Vous pouvez utiliser la plante pour les mycoses, pertes blanches, mauvaises odeurs ou démangeaisons. Les propriétés purifiantes et détoxifiantes de la plante contribuent également à votre bien-être général. Sans oublier que le vétiver a aussi des vertus diurétiques et antioxydantes. 

A LIRE AUSSI : La racine de vétiver et les troubles de la libido : que faut-il savoir

En plus de nettoyer l’appareil génital féminin, le vétiver est donc également une solution pour un grand nombre de troubles. Consommer régulièrement du khamaré est un moyen d’accroître votre niveau de bien-être général pour vous sentir bien dans votre peau. Il ne faut pas oublier que le vétiver a des propriétés relaxantes et permet aussi d’avoir un teint plus uni et une peau douce qui vous rajeunit. 

Pour utiliser le vétiver contre les infections urinaires et vaginales, il y a plusieurs méthodes. Il est important de choisir celle qui est la plus accessible, en privilégiant un mélange pour plus d’efficacité.

Le vétiver et les infections vaginales et urinaires, comment s’y prendre

Pour prévenir et traiter les infections vaginales et urinaires avec les racines de vétiver, il faut considérer la forme sous laquelle la plante est disponible. Il est possible de préparer des infusions avec les racines de khamaré. Faites bouillir 1,5 à 2 litres d’eau froide avec 4 à 5 tiges. Laissez refroidir et conservez le tout dans des bouteilles (en verre si possible). Les tiges conservent leurs propriétés et peuvent être utilisées 4 à 5 fois pour préparer des infusions. Pour traiter des infections vaginales et urinaires, il faut boire 3 à 4 tasses tières par jour. Vous pouvez également faire une cure de plusieurs mois (au moins 3).

Pour une meilleure lubrification vaginale et résoudre la majorité des troubles liés à l’hygiène intime, il faudra une infusion froide avec des tiges de khamaré. Pour la préparer, rincez 2 à 3 tiges puis laissez les infuser dans une bouteille d’eau pendant une nuit. Vous pouvez boire l’infusion tout le long de journée et vous servir des même tiges pour en préparer une autre en soirée. Remplacez les tiges dès que le goût des plantes s’estompe. 

Si vous souffrez de mycoses, d’irritations ou de démangeaisons, un bain de siège au gongoli est parfait. Utilisez 2 à 3 tiges de vétiver pour préparer la décoction de votre bain de siège. Vous pouvez également l’utiliser pour nettoyer l’appareil génital après les règles.

Si le vétiver est utilisé en Afrique en fin de grossesse pour faciliter l’accouchement, il est proscrit au début de la grossesse et dans les mois qui suivent. Pensez néanmoins à consulter un professionnel de santé pour avoir des indications si vous êtes enceinte afin de connaître votre niveau de risque. Si le khamaré n’a pas de contre indication ou d’effets secondaires, il vaut mieux toujours être prudente.

Lire aussi
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *